Coworking at home: travailler les uns chez les autres!

Image Description

Par Ventoris

12 avril 2017

Le Coworking at home : Travailler les uns chez les autres !

Face à des problématiques nouvelles liées à l’évolution des modes de travail, on voit poindre de nouveaux besoins, de nouveaux marchés.

Le Coworking est passé sur le devant de la scène mettant l’emphase sur le nombre croissant de travailleurs indépendants et les besoins de cette population.
Pour autant le coworking ne répond pas à l’ensemble des demandes, ce qui a laissé une fenêtre pour que d’autres concepts dérivés puissent voir le jour: Le Coworking at home (à la maison)

Cohome coworking domicile

Copyright Imothep production Cohome

 

Les fondateurs de plate-formes de Coworking at home nous expliquent pourquoi leurs besoins ne rencontraient pas la réponse adéquate et leurs solutions pour combler le vide :

Laura Choisy cofondatrice de Cohome met en avant un problème d’isolement du travailleur indépendant dû au coût et au manque de proximité des espaces de Coworking.

Florian Delifer cofondateur de Officeriders souligne le manque de lieux équipés disponibles pour des moments courts et non prévus.

Au Royaume Uni, Matthew Beatty fondateur de Spacehop, se penche sur la problématique des lieux de proximité pour des consultations médicales. Etant médecin lui-même il constate que ses collègues travaillant dans diverses spécialités médicales font face à des demandes similaires qui ne peuvent être satisfaites: intervenir au plus près du patient.

A l’étranger, on retrouve les mêmes préoccupations, cependant la réponse mise en oeuvre est davantage issue de l’économie participative, dans le sens où la rémunération de l’espace demandée n’est pas financière.

Les acteurs du marché en France et ailleurs :

 

Hoffice : (2013 Suède) « Hoffice turns your apartment into a free and incrediby productive coworking space » transformez votre maison (home) en bureau (office). Son cofondateur Christofer Gradin Franzen a un master d’économie, c’est en revenant d’un voyage au Sri lanka où il s’était rendu pour construire son projet professionnel dans le business de l’éco tourisme que lui vient l’idée d’Hoffice. Travailler gratuitement chez les autres, avec les autres. Les invités « financent » leur espace avec des produits de consommation de type snacks et boissons. Le marché qu’il vise est world wide notamment pour des grandes villes attractives comme Paris ou Taïpei.

Huiskamer kantoor : La version hollandaise, qui propose de transformer votre salon en bureau depuis 2013. Le concept se développe d’abord sur Facebook par le biais d’une simple page pour groupe. Comme pour la Suède, la transaction n’est pas financière, on est dans un mode participatif qui nécessite soit de la nourriture ou de la boisson (café,thé ou jus de fruits) en guise de rémunération. Tout repose sur la confiance et la réciprocité et c’est le challenge délicat que souligne son fondateur. Le site web est toujours en construction, on accède pour l’instant juste à la page d’accueil en hollandais only. On est donc sur un marché très local et sur un développement relativement long.

Officeriders : fondé en 2014 en France par Florian Delifer, suite à un voyage aux USA avec des amis au cours duquel il peine à trouver un espace pour consulter son ordinateur.
Avec Officeriders on est véritablement face à un airbnb de la location d’espace de travail à domicile. Il s’agit de rentabiliser son espace lorsque l’on est absent. Sociabiliser n’est pas le supra but du concept, mais bien de favoriser la création de revenus, rentabiliser les ressources en les partageant, faire du business.

Cohome : fondé en 2015 en France, Laura Choisy cofondatrice de Cohome a décidé de créer cette plate-forme suite à sa propre expérience et la solution mise en œuvre pour satisfaire son besoin.
Sortant du salariat pour devenir indépendante, elle ressent assez vite le besoin d’échanger, de donner de la structure à ses journées. Le Coworking quand on débute en solo, demande un budget pas nécessairement abordable pour tous. Sans compter l’aspect transport; Si on se réjouit de ne plus avoir à faire les trajets quotidiens pour se rendre au travail, les espaces de Coworking ne sont pas tous proches de chez soi.

Pour toutes ces raisons, elle recherche donc la solution idéale pour travailler efficacement sans dépenser un budget qu’elle n’a pas. La solution va s’imposer d’elle même: elle a l’espace dans son salon, il ne manque plus qu’à convier ceux qui seraient intéressés par le concept.
L’aventure débute via une page Facebook et la mise en place d’un groupe. Très vite elle voit le potentiel social de son concept et va lancer la création de sa plate-forme de Cohoming.

Spacehop : lancé en janvier 2016 au Royaume Uni par Matthew Beatty, le site web spacehop vous propose de louer votre espace de vie en tant qu’espace de travail. La transaction est financière. Les utilisateurs interrogés y voient la possibilité de rencontrer d’autres professionnels, favorisant ainsi les échanges permettant parfois de créer du réseau ou trouver de nouvelles opportunités professionnelles. Le concept se rapproche sensiblement de celui d’Officeriders.

 

Les différences de concepts

La différenciation, vous l’aurez compris, se situe essentiellement dans la rémunération. La différence de budget ou de monnaie d’échange est bien ici l’indicateur d’une vraie différence de concept.

Si Officeriders promeut des revenus ou des économies, Cohome propose une expérience humaine basée sur l’interaction créatrice de synergies. Il ne s’agit pas de céder son appartement pendant que l’on est au travail mais bien d’accueillir chez soi des auto entrepreneurs, des freelances, des étudiants, etc. Soulignant l’aspect communautaire et la mixité sociale, c’est la promesse de faire des rencontres que nous n’aurions pas faites ailleurs. Une place assise confortable, des boissons de type café et thé doivent être mises à disposition des hôtes et bien sur une connexion wifi de qualité.
Le concept de Cohome est donc proche du concept Hollandais concernant l’aspect participatif. Le cheminement est également assez proche, les débuts sur Facebook, la volonté de créer une plateforme aboutie. Si la version Hollandaise n’est pas encore sortie des startings blocks, le projet Cohome a été plus prompt à se concrétiser.

D’après Laura Choisy, la cofondatrice de Cohome, le cohomeur ne cherche pas un complément de revenus mais à redonner du rythme à sa journée en sortant de l’isolement de son foyer: l’émulation et pourquoi pas la bonne rencontre professionnelle. Pour l’instant il y a environ 3 000 personnes en France qui utilisent les services de Cohome principalement sur 5 grandes villes : Lille, Paris, Nantes, Bordeaux et Lyon.

Quant à Florian Delifer, cofondateur d’Officeriders, il a effectué une levée de fonds de 500 000€ en 2016 et propose sur sa plate-forme plus de 1000 espaces listés sur 9 grandes villes de France et bientôt en Europe.
Et vous Coworking classique ou Coworking at home ?

On en parle ensemble sur Facebook

 

Lire notre article sur le travail 2.0

Partagez