Interview de Philippe H.

Image Description

Par Ventoris

20 avril 2015

Interview de Philippe H. dessinateur projeteur

« Mon avis sur le portage salarial : un système qui convient très bien à une carrière de free-lance ! »

C’est un peu par hasard que Philippe H. dessinateur projeteur a choisi le portage salarial. Lorsqu’il décide de travailler en indépendant, il ne parvient pas à s’assurer. Ce qui devait n’être alors qu’un statut de transition va finalement perdurer !

 

dessinateur

 

Titulaire d’une formation en dessin dans le domaine de la mécanique industrielle, Philippe H.est devenu dessinateur projeteur dans le secteur du bâtiment après avoir obtenu son premier poste. Sa fonction principale est l’étude de l’enveloppe du bâtiment qui regroupe différentes activités telle que le bardage, la couverture, l’étanchéité, l’isolation thermique et acoustique, le désenfumage, etc. Formé sur le tas et fort de 12 années d’expérience aujourd’hui, il dessine les plans de calepinage, les carnets de détails, intégrant au mieux les matériaux adaptés par rapport aux demandes architecturales et suivant le cahier des charges des clients. Il dresse la nomenclature des matériaux en fonction des différents fournisseurs, envisage la fabrication selon les différentes conceptions et solutions trouvées. Des missions dont la durée varie d’une semaine à plusieurs mois selon l’envergure du chantier.

 

Le choix du pluralisme

 

Tout d’abord employé par une société de prestation de services où les contrats été négociés en interne par un commercial, Philippe H. accepte par la suite un CDI qui ne l’a pas convaincu. « J’ai rapidement décidé de retourner en prestation de services pour diversifier mon activité et pourvoir ainsi l’enrichir. Mais au bout de 5 ans, je me sentais limité en termes d’évolution. J’ai donc décidé de me mettre à mon compte. Or, le statut libéral m’a posé beaucoup de problèmes question assurances. Mon métier de dessinateur projeteur hautement technique pour la conception de mise en œuvre m’oblige à avoir une assurance Responsabilité Civile et professionnelle et à fournir une garantie décennale. Aucun assureur ne voulant me délivrer la garantie décennale, c’est en cherchant les différentes possibilités liées à ma situation que je suis tombé sur le portage salarial ».

 

Pourquoi exercez-vous votre métier de dessinateur projeteur en portage salarial ?

 

« Ventoris, dont la notoriété et la présence au niveau nationale étaient avérées, proposait toutes les assurances dont j’avais besoin, celles évoquées plus haut, mais aussi l’assurance pour les impayés et l’assistance juridique. L’autre avantage réside dans le fait de n’avoir affaire qu’à une seule entité pour toute la gestion administrative. Ce regroupement des différentes démarches en un seul pôle donne une vraie souplesse qui me permet de développer ainsi mon activité. Les frais de gestion sont tout à fait légitimes et sont compensés en partie par ce temps libéré. »

 

« Avec Ventoris, je suis entièrement satisfait »

 

Porté par le groupe depuis 5 ans, Philippe Humbert ne cache pas son entière satisfaction. « Ventoris a toujours fait preuve de réactivité. J’apprécie leur rapidité d’exécution nécessaire parfois dans mon domaine où les contrats peuvent être établis dans l’urgence. Je n’ai eu aucun souci depuis le début de cette expérience. Je pensais d’ailleurs qu’il s’agirait d’un passage transitoire mais je pense adopter ce système encore longtemps. Je connais le plein emploi depuis 5 ans. J’ai un planning très chargé. Après avoir travaillé pendant 4 ans sur le Musée des Confluences de Lyon, j’ai signé des contrats plus courts depuis. J’ai moins de visibilité maintenant, à seulement 2 ou 3 mois, mais je suis confiant car pas mal de clients me contactent régulièrement. Je n’ai pas encore eu à prospecter ». Cette confiance est aussi le signe d’une sérénité que lui confère le portage salarial ; celui d’une couverture sociale en cas de passage à vide.

 

« Ce système est idéal pour mener ma carrière en tant qu’indépendant. Je suis couvert à tous les niveaux sans avoir besoin me mettre en danger comme de voir mes biens personnels menacés ».

 

Propos recueillis
par Alexandra Petit

Partagez